HISTOIRE  DES  DEBUTS DU  SCOUTISME  EUROPEEN


         Ce serait
fin 1952 qu’est créé à Vienne (Autriche) un Bureau du Scoutisme Européen (EUROPÄISCHE PFADFINDER BURÖ), dont le siège est : 8 Rathausstrasse, à l’initiative de quelques chefs scouts autrichiens sous la conduite de Friedrich PERKO. L’idée était d’envisager de créer une association européenne de scoutisme par-dessus les frontières nationales.

         Les quelques groupes scouts autrichiens qui adhérèrent à cette idée prirent le nom d’EUROPA SCOUTS.

         A la même époque, en Allemagne, quelques responsables du BUND EUROPÄISCHER JUGEND (BEJ) souhaitent développer l’idée européenne chez leurs adhérents dès le plus jeune âge. A cette fin, quelques groupes se mettent en rapport avec l’Europäische Pfadfinder Büro de Vienne et le chef des Europa Scouts : Friedrich von Perko.

         Le 27 Avril 1953, le Commissaire Fédéral des Europa Scouts, l’Autrichien Friedrich Perko, rencontre l’Allemand Herrmann von Schrödel (ou Schriedel) zu Simau dit ‘Sim’. Celui-ci fonde, à Hanovre, le premier groupe allemand d’Europa Scouts. Leur uniforme était le suivant : chemise kaki, foulard national rouge bordé de noir et, comme insigne, celui des Europa Scouts autrichiens ; un lys sur une flèche.

Du 8 au 17 Août 1953, quelques Allemands et Autrichiens se retrouvent près de MARIENBERG (Westerwald), sous la direction de Friedrich Perko et décident la création de l’association allemande des Europa Scouts (DEUTSCHE NATIONALVERBAND DER EUROPA SCOUTS). Les Autrichiens appellent ce camp celui de la Lorelei, sans doute parce qu’ils ont été visiter ce site qui se trouve néanmoins à 60 kilomètres à vol d’oiseau de Marienberg et 80 à 90 kilomètres par la route.

Le 26 Mars 1954, Sim, qui est vraisemblablement devenu Commissaire National allemand des Europa Scouts, prend contact avec un chef de Berlin : Wolf-Dietrich Nüvemann, qui fait alors partie du BÜNDISCHE PFADFINDERSCHAFT (BPS).

         Le 19 Avril 1954, au château de Stahleck, à Bacharach, sur le Rhin, l’association allemande des Europa Scouts s’unit, à l’essai pour une période d’un an, au BPS. Elle devint alors le GAU SCHWARZER ADLER dans la très nombreuse Bündische Pfadfinderschaft. C’est vraisemblablement à cette date qu’apparaît le sigle B.E.P., pour BUND EUROPÄISCHER PFADFINDER, sans doute pour réaliser l’union de deux entités comparables par le nom : ‘Bund’, alors qu’il y avait entre le BPS et le BEP une différence de nombre considérable. Le B.E.P. représente alors les Europa Scouts allemands qui sont rassemblés dans le Gau Schwarzer Adler. Un texte allemand signale qu’alors ‘la structure s’appelle maintenant officiellement Bündische Pfadfinderschaft/Bund Europäischer Pfadfinder (BPS/BEP)’. Il est possible cependant que cette union ne se soit concrétisée dans la pratique, tout comme le sigle B.E.P., que le 1er Septembre 1954, date que l’on peut considérer comme le début d’une année scoute, et comme indiqué dans un organigramme allemand.

         Ce fut en Août 1954, à FAAK-AM-SEE, en Autriche, que le premier contact entre les Français et les Allemands eut lieu.

         JEAN-CLAUDE ALAIN et sa troupe, 2ème Paris des Scouts Russes, y campent avec la troupe du chef Wolf-Friedrich Nüvemann de Berlin, devenue vraisemblablement Europa Scouts, ainsi que Sim (source JCA), au cours d’un camp de 10 à 12 jours. L’Autrichien Friedrich Perko prétend avoir rencontré à ce camp Jean-Claude Alain, ce dont ce dernier n’a aucun souvenir.

         Quoi qu’il en soit, le style scout de la troupe de Jean-Claude Alain marque tellement les Europa Scouts allemands que, quelque temps après, ils délèguent deux de leurs chefs : KARL-HERRMANN BERGNER, de Cologne, et KARL SCHMITZ-MOORMANN, de Münster (Westphalie), pour établir des contacts suivis avec le chef français afin de réfléchir à la façon d’introduire des bases vraiment scoutes dans les unités des Europa Scouts allemands, c’est-à-dire du Gau Schwarzer Adler.

         C’est en automne 1954 que KARL-HERMANN BERGNER (dit ‘Kahé’), 32 ans, alors professeur à Marburg/Lahn et, depuis le printemps 1953, chef d’un groupe paroissial de jeunes, se rattacha aux Europa Scouts du Gau Schwarzer Adler, après avoir rencontré le fameux Sim ! Il devint alors chef du district «Westerwald/Lahn». Il entraînait avec lui WILHELM JUNG (18 ans) et la section des 12-15 ans que ce dernier dirigeait au sein du groupe paroissial.

         Puis, à Pâques 1955, Kahé proposa à Jean-Claude Alain un camp commun en Laponie. Début Août, les Français retrouvèrent les Allemands à Cologne. Kahé, qui avait deux assistants : Benny Graz et Wilhelm Jung, avait obtenu de la Compagnie de navigation ‘Rhenus’ le passage pour les Scouts à bord d’une péniche, le ‘Mars’, qui descendait le Rhin de Cologne à Rotterdam. Mais rien n’avait été organisé au-delà. Pendant plusieurs jours, les chefs allemands démarchèrent les commandants des bateaux à quai afin de se faire transporter jusqu’en haut de la Norvège : en vain. Il fallut faire le deuil de la Laponie. Pour éviter un fiasco complet, Jean-Claude Alain parvint à retourner la situation. Il contacta une connaissance : Jean Peltier, assistant à la 28ème Paris SDF, dont la troupe avait descendu la Loue en canots pneumatiques l’année précédente. Français et Allemands regagnèrent Paris, prirent les canots et gagnèrent Besançon. Un peu plus loin, ils rejoignirent la Loue à Cléron, d’où ils embarquèrent pour un remarquable camp nautique. Finalement, ce camp d’été : VOYAGE SUR LE RHIN et DESCENTE DE LA LOUE en canots pneumatiques, dont la réussite revenait en grande partie à Jean-Claude Alain, contribua grandement à renforcer sa notoriété en Allemagne.

         Le 10 Novembre 1955, lors d’une réunion à l’Auberge de Jeunesse de LÜNEN, l’association nationale allemande des Europa Scouts, appelée maintenant Gau Schwarzer Adler, ne renouvela pas son adhésion au BPS, dont la plupart des groupes ne montraient pas une orientation suffisamment européenne.

         Le Gau Schwarzer Adler se rattacha directement aux Europa Scouts d’Autriche et au Bureau du Scoutisme Européen à Vienne.

         Karl-Hermann BERGNER devint Commissaire de Province du Gau Schwarzer Adler qui conserva son nom (Automne 1955). Mais, entre Avril 1954 et Octobre 1955, temps pendant lequel le Gau Schwarzer Adler faisait partie du BPS, quelques nouveaux groupes d’Europa Scouts s’étaient créés en Allemagne, indépendamment de lui ; le chef de ces groupes était Heinz Hake, de Bochum. Aussi ce dernier fut-il nommé Commissaire national de la branche allemande des Europa Scouts directement par les Autrichiens. Comme il fallait s’y attendre, cela ne tarda pas à créer des difficultés.

         Les contacts continuèrent entre Jean-Claude Alain et les Europa Scouts allemands du Gau Schwarzer Adler. Début 1956, les Allemands sollicitèrent Jean-Claude Alain afin qu’il prenne la direction d’un grand camp visant à former une soixantaine d’Europa Scouts allemands, au LAC DE BLANCHEMER dans les Vosges. C’est ce qui se fit du 1er au 15 Août 1956, environ.

         C’est après ce camp d’été 1956 que les différends s’accentuèrent entre le Gau Schwarzer Adler, dirigé par Karl-Hermann Bergner, et la direction allemande des Europa Scouts dirigés par Heinz Hake.

         Le samedi 3 Novembre 1956, au Foyer communal de la Jeunesse à Cologne (source Kahé), sur la Machabäerstrasse (source JCA), eut lieu la rupture entre le Gau Schwarzer Adler, avec Karl-Hermann Bergner et Karl Schmitz-Moormann, et les Europa Scouts de Vienne, avec Friedrich Perko lui-même, présent. Au niveau numérique, cela faisait environ 100 membres contre 2000 (source Kahé). Jean-Claude Alain, invité avec beaucoup d’insistance par le Gau Schwarzer Adler, était présent quasiment contre son gré. A cette réunion assistaient, outre les trois chefs allemands et français cités précédemment, quasiment tous les chefs allemands du B.E.P., dont Wilhelm JUNG qui dirigeait le groupe de Marburg, Friedrich GRAZ (Benny) originaire de Nieder-Zeuheim, Brigitte BERNDT (Rik) qui pourrait avoir fondé le groupe de Guides à Wuppertal, Günter ALVENSLEBEN (Tak) qui a fondé le B.E.P. à Wesel, et d’autres venant de manière quasi certaine de Hadamar, Marienberg, Cologne, Düsseldorf et Münster et, de manière plus incertaine, de Gladenbach, Limburg, Werdohl, Gelsenkirchen et Geldern.

         Le lendemain, dimanche 4 Novembre, fut fondée la FEDERATION DU SCOUTISME EUROPEEN (F.S.E.) sur des propositions de JCA. Un «acte de fondation» aurait été signé par JCA, Kahé et Karl Schmitz-Moormann (source Kahé). Jean-Claude ALAIN, de Paris, fut nommé Commissaire Fédéral (Bundesfeldmeister), alors qu’il demeurait aux Scouts Russes, et Karl-Hermann BERGNER, alors domicilié, semble-t-il, à Cologne, Commissaire National allemand du BUND EUROPÄISCHER PFADFINDER (B.E.P.).

         On décida que, dans le cadre du scoutisme traditionnel de Baden-Powell, la F.S.E. poursuivrait trois buts principaux (citation extraite de la revue PASSAT n° 1 parue en Avril 1958) :

-         La formation du caractère chez le garçon ou la fille,

-         Le travail en commun à une Europe-Unie par la voie des contacts avec les membres européens de la Fédération (camps, visites, contacts, échanges, amitié),

-         Le travail à l’Unité de l’Eglise en vivant avec des chrétiens n’appartenant pas obligatoirement à la même Eglise, tout en gardant une totale fidélité à la sienne.

                                                                                                     Jean-Pierre ROUSSEL

Principales sources :

-         Passat allemand n° 11, 1966 (‘Zehn Jahre FSE’)

Témoignages antérieurs à Février 1962 :

-         Passat français n° 11-12, Mars-Avril 1959 (JCA)

-         Sextant n° 21, Juin 1961 (JCA)

-         Sextant n° 26, Février 1962 (JCA, d’après des documents allemands antérieurs)

-         Wilhelm Jung (lettre, 5 Mai 1961)

Témoignages tardifs :

-         JCA (lettre, 27/10/1975)

-         JCA (lettre, 13/2/1976)

-         JCA, publié dans Vänskapen n° 265 (1996)

-         Karl-Hermann Bergner, publié dans Vänskapen n° 266 (1997)

-         Wilhelm Jung, publié dans Vänskapen n° 266 (1997)

-         JCA (1998), publié dans La Lettre du COPSE n° 79 (2009).

Ajouter un Commentaire


©COPSE-2019
Free Joomla! templates by Engine Templates